Outils pour utilisateurs

Outils du site


historique:recso

Voyage à vélo à la rencontre des écolieux collectifs du sud-ouest

Par un des initiateurs du projet. Ici résumé en Espéranto.

Intro

Du 6 mars au 8 avril 2014, j'ai visité 30 “écolieux collectifs”, actifs ou potentiels, ou j'ai passé en général une 1/2 journée et une nuit (arrivée dans l'après midi, départ dans la matinée), c'est court pour découvrir un lieu et les personnes qui le font vivre mais j'assume. J'ai privilégié le nombre de lieux plutôt que la profondeur de leur découverte car je voulais voir la diversité de ce qui existe plutôt que d'en “étudier” certains en détail. Sur quels critères d'ailleurs les aurais-je choisi ? Je me suis particulièrement intéressé à 3 aspects :

  • qu'est-ce-que ça donne concrètement, comment est le lieu, qu'est qui s'y passe, qu'est ce qui y est fait ?
  • quelle est la forme juridique ?
  • quelle est l'ouverture, des nouveaux peuvent-ils encore s'y installer ?

Pour chaque lieu, j'ai rédigé une rapide description qui essaie de répondre à ces 3 questions.

Plus d'écolieux potentiels que je n'imaginais

Je m'étais donné un mois et je pensais en trouver une dizaine. 1ère surprise dès la préparation du voyage, le nombre d'endroits à visiter : j'en trouve rapidement plus de 30, via Passerelle-éco, des cartes plus ou moins à jour sur internet, par bouche à oreille.

Parmi ceux que j'ai visité, un à 40 ans d'existence, 3 ou 4 autres ont entre 15 et 10 ans, la majorité ont seulement quelques années ou sont en court de création. Comme j'ai eu peu d'écho de lieux ayant existé et n'existant plus, j'en déduis que les écolieux se développent fortement dans le sud-ouest depuis 5 à 10 ans.

C'est l'Aveyron et le Tarn qui semblent le plus actifs, avec un inter-collectif regroupant une quinzaine de lieu (j'en ai visité 5 sur les 15).

Diversité et tendances

Les lieux sont d'une grande diversité et j'en ai rarement trouvé plusieurs vraiment semblables. Je peux néanmoins dégager les tendances suivantes :

  • Les éco-hameaux : Achat d'un terrain et aménagement en collectif, chacun y construit sa maison, gestion collective des parties communes.
  • Les constellations de fermes : Regroupement sur une même commune de personnes ou familles ayant plus ou moins les mêmes valeurs.
  • Les fermes collectives : plusieurs activités agricoles professionnelles sur une même ferme.
  • Les propriétaires accueillants d'autres personnes à s'installer chez eux.
  • Les camps plus ou moins illégaux.

D'autres lieux peuvent être un joyeux mélange de tout ça.

Beaucoup de lieux pourraient et voudraient accueillir de nouvelles personnes mais ne les trouvent pas. Aucun d'entre eux n'est en sur-effectif. Et pourtant beaucoup de personnes cherchent à intégrer un lieu existant.

Je me suis bien amusé à faire cette représentation graphique des lieux visités :

Difficultés récurrentes

Accès au foncier : Les cas de réelle propriété collective sont rares et sont l'aboutissement d'un processus long (3 à 8 ans) et tortueux, voire douloureux. Dans beaucoup de cas, le lieu est mis à disposition ou loué par un propriétaire unique, parfois via un bail emphytéotique (25 à 99 ans) qui pérennise le lieux, souvent via un montage plus précaire pour les occupants.

Vie du groupe, prise de décisions, gestion des conflits : Un seul lieu sans règles vraiment visibles. Souvent les règles sont définies au fur et à mesure que les problèmes surviennent. A noter l'intervention très appréciée de sociologues ou d'associations spécialisées (Université du nous) pour aider le groupe à mettre en place ses propres outils de régulation.

Intégration des nouveaux : Presque toujours par cooptation, parfois très formalisée, parfois informelle. C'est une difficulté majeure, surtout pour les lieux ayant un propriétaire unique : ces lieux sont marqués par le style de vie, le travail et la vision du propriétaire, ce qui oblige les nouveaux à se couler dans un moule parfois trop rigide.

Ordre et propreté : Garder le lieu propre et beau pour qu'il soit agréable et accueillant n'est pas une tâche facile. Les merdiers de chacun s'ajoutent au stockage de matériel de récup qui pourra peut-être servir un jour, ce qui encombre beaucoup de lieu et rend le ménage difficile voire impossible.

Points communs

Ce que j'ai trouvé sur tous les lieux :

  • Nourriture bio.
  • Des potagers, presque toujours collectifs.
  • Des toilettes sèches exclusives (pas de toilettes à eau possible), en général à sciure et sans séparation. A plusieurs endroits il y a une réflexion sur l'après sciure (quand les TS seront très répandues et qu'il n'y aura plus assez de sciure).
  • Une maison commune, ou partie des bâtiments en commun, pour les repas collectifs, l'hébergement des nouveaux ou des gens de passage comme moi. Souvent complétés par des habitats légers et individuels, presque toujours illégaux.
  • Absence quasi totale de télé. Mais internet presque partout, parfois desservi par les corbeaux.
  • Beaucoup de voiture. La volonté de réduire en partageant est souvent présente mais l'avancée dans ce domaine est proche de zéro. Le covoiturage est par contre très développé (courses communes, faire un truc en ville pour quelqu'un d'autre, etc).

Très fréquent aussi :

  • Des yourtes, auto-construites ou mongoles. Les toiles ont une durée de vie faible sous nos climats humides.
  • Des constructions bois, paille et terre.
  • Une bonne intégration locale (voisinage) et de bonne relation avec les mairies qui soutiennent ces groupes de jeunes avec enfants qui s'installent dans leur commune en voie de désertification. Et donc une bonne tolérance des habitats illégaux.
  • Lieux non intergénérationnels, sans que cela soit une volonté ni un regret, notamment des regroupements de trentenaires développant une alternative à une société qui ne leur offre pas de perspective intéressante.
  • Accueil inconditionnel ou presque. Le simple fait de se présenter et de demander l'hébergement suffit. Seulement 3 cas de refus (très cordiaux) sur 33.
  • Des bibliothèques communes, souvent dans un piteux état (en vrac et plein de poussière).

Singularités

Les lieux présentent aussi des particularités, j'ai noté :

  • Une amie en CDI a la possibilité de contracter un emprunt. Elle achète le lieu mais n'y vit pas. Les occupants lui paient chaque mois le montant des remboursements du prêt. A terme les occupants auront payé et la copine sera propriétaire.
  • Les habitants financent individuellement et construisent leur maison sur le terrain de leur SCI, donc sur une parcelle de terrain qui ne leur appartient pas, donc la maison est propriété de la SCI.
  • Dans une coloc, on compte tout, par exemple le nb d'usage de la machine à laver.
  • Sur un terrain très en pente, des yourtes sont posées sur des plateformes, un côté sur le sol, de l'autre dans des arbres, sous la plateforme est aménagée une zone de rangement.
  • Pas de papier dans les toilettes sèches mais une bouteille d'eau.

  • Frigo en terre maintenue humide avec refroidissement par évaporation (photo) ; un poêle acier noyé dans la terre pour faire inertie thermique.

Impression générale

Tout ces gens qui s'activent dans des coins souvent paumés ne seraient-ils pas en train de construire, ou tenter de construire, une autre société ? Bien que j'ai peu posé de questions aux personnes rencontrées sur leurs engagements et convictions politiques (ce n'était pas l'objet du voyage), j'ai l'impression que l'idée est largement partagée que la société occidentale est en désagrégation et qu'on y peut rien. Elle est donc laissée à son triste sort, sans volonté de la réformer ni de la révolutionner ; les énergies sont consacrées à la création de quelque chose d'autre et à coté, ce qui n'interdit pas de prendre dans la société actuelle ce qu'elle peut encore donner (rsa, un boulot alimentaire, des routes, des écoles, etc). 2 fois j'ai entendu “Vivons bien, vivons caché”.

Et maintenant ? Et moi ?

Avant ce voyage, j’envisageais, si une occasion se présentait, d'acheter seul et d'ouvrir le lieu. J'ai maintenant de forts doutes sur cette option à cause des difficultés pour les autres personnes à trouver une vraie place sur un lieu dont ils ne sont ni propriétaires ni initiateurs du projet. L'autre grande option, acheter en collectif, présente d'autres difficultés et nécessite beaucoup de temps et de motivation, donc de trouver des gens très motivés et qui ont beaucoup de temps à consacrer au projet. Sur un gros projet collectif en passe de réussir, les participants ont passé une grosse partie de leur vacances ensemble pendant 1 ou 2 ans. J'ai aussi rencontré des gens qui, après une tournée des écolieux similaire à la mienne sont arrivés à la conclusion inverse, ont acheté seul, ont posé le projet et ont ouvert ensuite leur lieu.

La question d'intégrer un lieu existant plutôt que de vouloir en créer un a été présente tout au long de mon voyage. Si je laisse de côté mon souhait de rester en Béarn, je serais prêt à postuler pour tenter l'aventure dans 2 lieux, sur 30 ce n'est pas beaucoup ! Ceci renforce l'idée précédente de ne pas créer un lieu vide en espérant qu'il se remplisse après.

Vélo

Pour ceux que ça intéresse, j'ai fait environ 1 650 km et 16 000 m de dénivelé positif (2 fois l'Everest) par étapes de 5 à 140 km. Elles étaient presque toujours magnifiques car les écolieux sont rarement dans les zones industrielles. Aucune crevaison ni panne et seulement 3 ou 4 jours de pluie ;-)

Le vélo est mode de déplacement dont la vitesse est très adaptée à ce genre de voyage. Suffisamment rapide pour aller sur plein de lieux dans un temps acceptable, suffisamment lent pour apprécier les régions traversées et discuter avec des personnes rencontrées sur la route. Il est aussi une clé pour ouvrir la porte de ces lieux en donnant aux accueillants des indices sur le statut social, l'engagement écologique, le rapport au temps, etc, du cycliste qui vient frapper à leur porte. Il oblige aussi à une simplicité de vie pendant le temps du voyage en limitant la quantité de bagage (pour ma part pas de livre, pas de musique, peu de bouffe, pas de fringues particulière pour sortir ou pour travailler, pas de téléphone), ce qui laisse de la place à la rencontre, de la disponibilité pour la brève relation entre l'accueillant et le cycliste.

Enfin, c'est un mode de voyage très économique, surtout quand il est associé à de l'hébergement gratuit. La seule limitation à la durée du voyage est alors la possibilité de tout laisser tomber pour plusieurs semaines ou plusieurs mois. Personnellement, je n'ai pas la vocation d'un nomade et c'est seulement l'envie de rentrer chez moi et de revoir ma belle qui m'a fait presser les pédales les derniers jours.

historique/recso.txt · Dernière modification: 2016/05/14 14:00 (modification externe)